Kupka, super star
Kupka, super star

L’artiste Frantisek Kupka est à l’honneur au Grand Palais à travers une exceptionnelle rétrospective qui associe le Guffenheim Museum de New York, le Kunsthaus de Zurich et le Musée d’Art moderne de Paris. « Kupka, pionnier de l’abstraction » couvre l’ensemble de l’oeuvre de l’artiste putéolien, de ses débuts symbolistes jusqu’à ses dernières réalisations dans les années 50. Puteaux, théâtre de sa quête vers l’abstrait au sein de la Section d’Or, fondée par le peintre Jacques Villon, a prêté la toile Cavalier sautant un ruisseau, symbolisant sa recherche picturale vers l’abstraction.

Figure majeur de l’abstraction qui émerge au début du 20e siècle, Kupka est aujourd’hui considéré comme le précurseur de la peinture abstraite. C’est au coeur de Puteaux, à partir de 1906, que Kupka rencontre des artistes cubistes comme Metzinger, Picabia ou Villon et crée avec eux la Section d’Or. En parallèle, le peintre suit des cours à la Sorbonne en sciences naturelles pour maîtriser parfaitement son art et se consacre alors à ses recherches sur les corps, les déformations, la couleur et part sur les chemins de l’abstraction pure.

En 1909, il peint Le Premier pas, sa première oeuvre totalement abstraite. C’est aussi le moment où apparaissent chez Kupka les premières structures verticales et géométriques, sans perspective. Refusant d’être rattaché au mouvement pictural cubiste, Kupka défend sa position de précurseur de la peinture de l’époque et se tient à distance. Après la Première
Guerre mondiale, il écrit La Création dans les Arts Plastiques, livre majeur pour la compréhension de la peinture abstraite. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que l’œuvre de Kupka commence à être reconnue. En 1936, il est représenté à la grande exposition Cubisme et Art Abstrait du Musée d’Art Moderne de New York.

Le Grand Palais conjugue son parcours à travers plusieurs thématiques qui rassemblent plus de 300 oeuvres. Peinture, dessins, gravures, manuscrits, journaux, livres illustrées et photographies permettront au public de s’immerger dans l’univers du créateur et de comprendre sa quête existentielle, son intérêt pour la philosophie, les cultures anciennes et orientales, les religions et la science.


Autoportrait, 1910, National gallery Pragues, République Tchèque


Disques de Newton, 1912, Philadelphia Museum of Art, Philadelphie, États-Unis

Kupka Frantisek (1871-1957). Nancy, musÈe des Beaux-Arts. AM4161P.

L’eau (la baigneuse), 1906-1909, Centre Pompidou, Musée National d’art moderne, Paris, France


Plans par couleurs (Femme dans les triangles), 1910-1911, Centre Pompidou, Musée National d’art moderne, Paris, France

RENSEIGNEMENTS : grandpalais.fr

Kupka, le putéolien

En parallèle de l’exposition « Kupka, pionnier de l’abstraction », au Grand Palais, la Maison de Camille présente des oeuvres exceptionnelles de l’artiste tchèque révélant déjà sa quête vers l’abstraction. Si Cavalier sautant le ruisseau est exposé jusqu’au 30 juillet dans le cadre de sa rétrospective, d’autres toiles accessibles dans la collection permanente de la ville montrent l’évolution de son oeuvre. Si le Grand Palais a choisi Cavalier sautant le ruisseau c’est que cette toile montre l’intérêt du peintre pour la macrophotographie initiée par Eadweard Muybridge*, qui décompose le mouvement. En regardant cette peinture, on comprend que Kupka est déjà intéressé par le figuratif.
Il décompose le mouvement du cheval au galop. Cette pièce majeure date de 1905 et prédit l’orientation de l’artiste vers la recherche aussi bien picturale que philosophique.


Cavalier sautant un ruisseau, 1905, Maison de Camille, collection permanente, Mairie de Puteaux, France

* Eadweard Muybridge a été le premier photographe à analyser la locomotion des êtres vivants.

Maison de Camille
Cavalier sautant le ruisseau – František Kupka, 1905

MAISON DE CAMILLE
7, RUE BENOÎT MALON
artotheque.puteaux.fr
VISITE SUR RDV AU 01 46 92 96 40

La presse en parle :

Le Monde

Télématin

Arte

 

Vous aimerez peut-être aussi :